la question du rejet d’eau

Christine m’interpelle ce jour:

Je viens de me renseigner sur votre site. Je trouve le concept de l’eauriginelle très intéressant.
Ce qui me gêne c’est la quantité d’eau rejetée pour l’osmose.
N’est-il pas possible de récupérer cette eau pour les besoins de nettoyage, toilette etc… plutôt que de la rejeter dans les égouts. (Déjà utiliser de l’eau potable pour les toilettes est pour moi inacceptable)
A l’heure où l’eau devient un bien précieux vos ingénieurs devraient plancher sur ce problème.

voici ma réponse:

Je partage entièrement votre avis sur l’aberration de l’eau dite « potable » pour des toilettes!
Les systèmes d’osmoseurs existants (sur machines commercialisées) de réduction de rejet ou de récupération complète sont polluants (électricité obligatoire!) et rendement aberrants… Volume équipement monstrueux… 2 bonbonnes indispensables etc..
L’osmose inverse n’est pas un système parfait, mais elle se révèle système le plus efficace, et parmi les moins impactants.
La NASA l’a popularisée par les vols spatiaux afin d’éviter le transport impossible de la réserve d’eau de l’équipage en recyclant toute forme d’eau dans la cabine, oui, vous lisez bien: de l’eau contenue dans tout, toilettes incluses!

l’osmose inverse est le seul système à venir à bout des nano-particules…
C’est au prix du rinçage de la membrane qui serait obturée rapidement sans celui-ci.
La pompe perméate et le restricteur de débit réduisent ce rejet à 2,5 l/litre produit.

Nous nous préoccupons du rejet lors de chaque intervention d’installation:
Nous avons déjà branché l’évacuation avec un « T » et 2 vannes d' »aiguillage » pour choisir d’aller à l’égout ou au réservoir pour l’arrosage jardin ou au réservoir des toilettes chez un certain nombre de personnes où c’est possible. Quand il s’agit d’osmoser l’eau de pluie, c’est systématiquement avec le retour à la citerne, surtout en construction neuve! Idem en camping-car ou en bateau.

Cette eau est déjà filtrée du chlore éventuel, des métaux lourds et d’un certain nombre de bactéries chloro-résistantes…

Maintenant, relativisons aussi, s’il vous plaît!
L’eau virtuelle ou « impact de l’eau » d’un kg de viande bœuf est de 15500 litres…
Celle d’un pain, de 1200 litres,
celle d’une tasse de café de 7 cl, 140 litres !
celle d’une bouteille d’eau en plastique d’un litre est de 18 litres…je ne connais pas l’impact d’une bouteille en verre, même si elle présente des avantages indéniable au niveau de la salubrité, car les transports sont énormément onéreux!

Question prix, dans une famille de 4 personnes, pour une consommation quotidienne moyenne de 10 litres d’eau osmosée consacrée à l’hydratation, au rinçage des légumes et à la cuisine, nous aurons donc 2,5 l de rejet par litre produit: 35 litres consommés en tout.
Pour un mois, nous aurons donc 35 x 30 = +/- 1 m3.
Le prix moyen du m3 en France oscille entre 2 et 5 €, soit le prix de quelques bouteilles…
En se contentant de l’eau à boire pour ces 4 personnes, il faudra compter sur 6 litres (4 bouteilles d’1,5 l) x 30 = 180 bouteilles mensuelles.
180 bouteilles x 18 litres d’eau virtuelle = 3240 litres avec le plastique, la pollution, les nanoparticules dans la nature, les perturbateurs endocriniens…

Que dire de plus devant cette merveille technologique qui me permet de consommer l’eau la plus purifiée possible?
Elle est à ce point purifiée qu’Eauriginelle
– y ajoute du lithothamne pour la reminéraliser de manière bio-compatible, en restant dans les limites de l’eau parfaite selon la Bio Électronique de Vincent
– la protège des ondes électromagnétiques avec la shungite et la labradorite
– la dynamise et la structure avec le vortexeur et son cristal de roche

modules de désinfection, stylo conductivimètre ou « TDS »

les modules de désinfection ne sont plus livrés d’origine!

Ils accompagnent le kit d’entretien « 3 ans » (réf Eauriginelle 71005) quand il est commandé si l’entretien est fait par l’utilisateur lui-même
ou
ils sont laissés dans le boitier après avoir été utilisés pour l’entretien annuel fait par nos techniciens agréés.

ATTENTION:
l’introduction de l’eau oxygénée à 30 volumes dans l’un des côtés jusqu’à débordement en laisse un peu dans le raccord lui-même.
Il est donc indispensable de rincer le module après utilisation, sinon les pattes qui portent les griffes de verrouillage du raccord se détériorent et c’est la fuite indésirable assurée!
La vidéo https://youtu.be/Pv6RzuogwdE montre la procédure d’entretien et détaille bien la désinfection.
La video a été faite avant la découverte des dégâts provoqués par le « non-rinçage » des modules et il est donc indispensable de déposer ceux-ci après avoir laissé l’eau oxygénée y être remplacée par l’eau filtrée, puis de les rincer abondamment.
(De nouvelles videos sont en préparation pour être plus précis à tous les niveaux: entre autres, boitiers avant et après 2016, lecture TDS, modules et leur utilisation, etc,.)

D’autre part, nous recommandons vivement l’acquisition d’un stylo conductivimètre « TDS » (réf Eauriginelle 34003) afin de pouvoir mesurer la qualité de l’eau et justifier ou non une éventuelle procédure de désinfection hors période d’entretien (par exemple, en cas d’absence ou d’inutilisation prolongée de l’équipement)

Pour rappel, la mesure correcte se fait après avoir laissé couler au moins un litre pour éviter une concentration de lithothamne trop élevée (inoffensive!) qui fausserait la mesure recherchée (entre 18 et 50 PPM ou mg/l, selon la conductivité de l’eau avant filtration)

Un « goût » trouvé « inhabituel » après une absence prolongée est le plus souvent résolu par un simple rinçage en vidant 2 fois la totalité du réservoir sans débrancher quoi que ce soit (en puisant simplement au robinet) et en donnant par exemple cette eau aux plantes qui doivent en avoir besoin après leur « abandon » momentané!
schéma de l’insertion des modules sur le circuit de filtration:
schéma Fontaine 5 désinfection

Jacques Benveniste, 30 ans après…


30 ans après sa publication dans « Nature », Jacques Benveniste est toujours controversé, alors que ses expériences ont été reproduites depuis, de manières diverses…
La « science » demande aux expériences d’être « reproductibles »…
Et la communauté « scientifique » internationale reste dubitative…

Maxence Layet a coordonné la publication du numéro spécial « EAU » de ORBS, l’Autre Planète paru en mars 2018, que je vous recommande vivement.
J’y lis un article de Bernard Poitevin, ‘l' »autre histoire de la mémoire de l’eau » où celui-ci explique avec ses mots toute la douloureuse histoire de Jacques Benveniste, célèbre (en son époque) chercheur oublié…

Voilà donc un homme qui reste à l’origine, et au centre d’une controverse toujours d’actualité, puisque, malgré la reproductibilité de son expérience, Jacques Benveniste, en « prouvant » la notion d’homéopathie » reste banni de la médecine dite « académique ».
Bn oui, comment voulez-vous qu’un chercheur qui trouve, qui prouve les effets de quelque chose qui ne coûte quasiment rien, qui ne rapporte pas le pactole à lBig Pharma, comment voulez-vous qu’il puisse être reconnu par ses pairs, à la solde du « grand capital » boursier…?

Pour comprendre mieux, vous trouverez en fin d’article quelques références vous permettant d’approcher la personnalité de feu Jacques Benveniste… Signalons au passage que ses travaux ont en partie été basés sur des approches de Vinh Lu, lui aussi décédé récemment, dont vous pouvez trouver une interview éloquente dans le 2° DVD de « Water, le Pouvoir Secret de l’Eau », chez Jupiter-Films

Je ne vais pas abonder dans le sens du contenu de son travail, puisque je n’ai pas les connaissances scientifiques qui me le permettraient, je vais plutôt m’inquiéter de la façon dont les choses se passent dans ce monde corrompu par la finance…
Comment se fait-il qu’aujourd’hui, où régulièrement se démontre la pollution universelle de l’eau, on en soit encore à réfuter les possibilités de la filtrer aussi parfaitement qu’avec l’osmose inverse?

Voyez comment Marc Henry répond aux détracteurs de « 60 Millions de Consommateurs » dans l’article récemment paru dans ce même blog.

Bref, aujourd’hui, plus que jamais, l’adage reste vrai:
ce que je trouve est ridiculisé, puis banni, puis à la fin, considéré comme une évidence, faut-il parfois des siècles pour y arriver!
Galilée a été le plus pur exemple…

Et les pontes de la religion « médecine enseignée » semblent au même niveau que ceux de l’Inquisition, jadis…

voyez aussi ces chercheurs généreux qui ont montré toutes sortes de capacités de l’eau:
http://hexagonalwater.com/researchers.htmlhttp://paroles-en-actes.soins-vitalite.fr/sante-bien-etre/documentaire-on-a-retrouve-la-memoire-de-leau/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Benveniste
https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9moire_de_l’eau

fraternellement,

Thibault

BIENVENUE AUX VISITEURS DE CE TOUT NOUVEAU SITE!

cher visiteur,   Voici le nouveau site Eauriginelle, en attendant les compléments, comme celui de la vente en ligne, notamment des accessoires ou des kits d'entretien... Puissent les renseignements et informations combler votre curiosité et vous inciter à réfléchir à votre implication et votre responsabilité dans l'eau que vous buvez.   Un grand merci à Isabelle DEBRAILLY qui a conçu le modèle et a réalisé ce beau travail, à Jean-Claude qui a synthétisé nos demandes avec Marie.   SVP, n'hésitez pas à faire vos observations constructives! admirativement, Thibault Geluyckens "l'eau est l'artiste" (Eauriginelle photographiée par Laurent Costa, http://waterphoto.eu)      

Eauriginelle © Tous droits réservés - Designed by Isabelle Debrailly